Tout savoir sur la timidité et comment la vaincre

Le mot timidité est utilisé pour indiquer une forme de gêne et d’embarras qui est ressentie au contact d’autres personnes. C’est un malaise qui conduit à éviter de prendre l’initiative et vous maintient dans une condition difficile pour communiquer avec les autres, même s’il y a un désir d’entrer en relation. Généralement, on considère la personne timide comme une personne au tempérament réservé et peu encline à la compagnie des autres. La timidité est un trait de caractère et ne doit pas être confondue avec la phobie sociale. En fait, dans la phobie sociale, le malaise relationnel est beaucoup plus grave et conduit à l’isolement et à la dépression. La timidité n’est pas une maladie, mais la timidité est un malaise qui peut créer des difficultés considérables et quand elle se complique, elle peut conduire à la phobie sociale. Les personnes timides craignent la nouveauté et l’imprévisible.

Les causes de la timidité

Les causes de la timidité peuvent être nombreuses. Surtout, chaque personne a sa propre réaction subjective. Mais juste pour simplifier le concept, vous pouvez rapporter les causes de la timidité à 2 facteurs principaux.

  • Timidité par expérience directe

Dans ce cas, la timidité peut être due à la qualité des premières relations dans l’enfance, en particulier avec la mère. En psychologie, ce processus est appelé “style d’attachement”, qui peut rendre une personne sûre ou socialement inhibée. En outre, un autre facteur important peut être le mode d’éducation de ses parents. Il existe en effet des modes négatifs, orientés vers une forme de critique fréquente, qui produisent certainement de la timidité chez les enfants. Ou un mode éducatif excessivement perfectionniste, où les enfants sont souvent soumis à une pression excessive. Ici, les erreurs sont vécues comme des drames et l’enfant apprend donc que l’immobilité les empêche.

  • Timidité par observation

Dans le cas spécifique de la timidité par observation, l’apprentissage par modèle est inclus. Par exemple, un parent timide qui a été mannequin pendant des années. Ainsi, par l’observation, vous pouvez apprendre cette façon de se comporter et de réagir, à un niveau inconscient.

Type de timidité et de pensée

Bien sûr, penser que la timidité est nécessairement un défaut est profondément erroné. C’est précisément pour cette raison que le problème de la personne timide est inhérent à la façon de penser. En fait, la personne timide exprime en pensée une double évaluation inconsciente. D’une part, il surestime la tâche qu’il doit accomplir, ce qui la rend difficile au niveau de la pensée. D’autre part, il sous-estime ses ressources et ses capacités. Ce mécanisme de pensée crée une forte anxiété et une forte appréhension. Et c’est ainsi que la plupart du temps ce mode de pensée s’auto-alimente, créant une sorte de cercle vicieux. Dans tout cela, le plus intéressant est peut-être d’analyser quelles sont les croyances sur ce qui va se passer dans certaines circonstances. Le principal problème est que ce style de pensée, malheureusement, conduit généralement à éviter certaines situations embarrassantes, ce qui permet de garder la situation inchangée dans le temps.

La timidité : comment la vaincre ?

Pour gagner la timidité, il faut être profondément motivé pour changer. Tout d’abord, à petits pas, vous devez vous approcher et vous exposer progressivement aux situations que vous craignez et ensuite créer une habitude. En même temps, vous pouvez commencer à travailler sur votre réflexion en essayant de décomposer les situations en différentes parties. En fait, l’anxiété est souvent due à l’évaluation d’une situation dans son ensemble, comme s’il s’agissait d’un tout indivisible, considérant le problème comme insurmontable. En divisant une situation problématique en une série d’éléments à affronter et à résoudre, on acquiert une plus grande sécurité et on agit plus efficacement. Pour vaincre la timidité, en réalité, il faut abandonner les considérations généralisées et les idées préconçues sur soi-même, en laissant derrière soi la conviction : “Je suis timide”. En fait, il peut être utile de commencer à mieux comprendre les circonstances qui induisent la timidité, afin de pouvoir essayer de comprendre dans quelles circonstances, quand et avec qui vous êtes timides.

Si vous identifiez les circonstances qui créent l’anxiété et la timidité, vous pouvez commencer à analyser les pensées qui sous-tendent la timidité, pour les remplacer par des pensées plus responsabilisantes. Ainsi, vous pouvez acquérir une meilleure maîtrise de vous-mêmes et développer vos compétences sociales. En fait, pour diminuer l’anxiété, vous devez renforcer le sentiment de contrôle et de maîtrise des situations. De cette façon, vous pouvez reprendre le contrôle de votre vie. En fait, l’anxiété s’insinue lentement et progressivement dans votre esprit, par la production de pensées dépuissantes, produites par vous-mêmes. Si elle est encouragée, elle creuse un abîme, dans lequel toutes les autres pensées sont attirées.

Se soigner par la psychothérapie

De nombreuses personnes souffrent de timidité et ont du mal à briser la glace avec des étrangers. Cette condition risque malheureusement parfois d’entraîner une prison de solitude. Bien sûr, les causes de la timidité peuvent être parmi les plus variées. Souvent, un cours de psychothérapie individuelle peut aider à renforcer les compétences sociales nécessaires pour rompre la relation.

Comment obtenir de l’aide

Si vous avez compris que vous vous coupez radicalement de vos engagements sociaux, vous pouvez aussi souvent vous sentir accablé par l’anxiété ou connaître des états dépressifs. Il peut aussi arriver que vous essayiez de trouver un certain soulagement à ce problème, en consommant des drogues, de l’alcool ou des médicaments. Alors si vous êtes dans une telle situation, il est très important de commencer à penser à obtenir de l’aide. Le problème de la timidité et des autres problèmes qui y sont liés peut en fait être résolu ou au moins atténué, avec un court cheminement thérapeutique, en se tournant vers un thérapeute compétent.