Calvitie féminine : en savoir plus sur cette affection et sur son traitement

La chute capillaire est l’une des principales préoccupations esthétiques, tant pour les hommes que pour les femmes, et peut être associée à des facteurs exogènes (externes au corps), et endogènes: générés par le corps lui-même.

Cependant, quelle qu’en soit la raison, sentir que la peau du crâne devient plus visible, trouver trop de fils éparpillés sur le sol de la maison ou sur son oreiller au réveil peut être un véritable tourment. Et si l’alopécie masculine – terme scientifique pour désigner la calvitie – est déjà écrasante, imaginez pour la femme, qui est généralement plus vaniteuse et dont les traits sont la principale carte postale du visage.

L’alopécie féminine peut secouer émotionnellement, provoquant de l’anxiété, une faible estime de soi et de la tristesse – qui à leur tour peuvent aggraver la situation. Dans certains cas, la perte semble excessive, mais il peut s’agir d’une diminution physiologique, c’est-à-dire d’une réduction qui se produit normalement, de manière saine pour le corps – puisque le poil a besoin d’être renouvelé.

Vous vous demandez comment savoir si c’est votre cas, ou comment découvrir la raison spécifique de l’alopécie féminine et  la traiter. 

Comprendre la calvitie féminine

Comme il a déjà été dit au début du texte, l’alopécie est la raréfaction capillaire, qui rend une partie du cuir chevelu (principalement dans la partie centrale supérieure de la tête) plus visible, en raison de la raréfaction des fils.

Outre la diminution de la quantité de poils, une autre caractéristique observée est qu’ils deviennent plus fins, plus fragiles et avec une croissance déficiente. Comme il ne suffisait pas de voir le poil s’écouler, ceux qui restent sont abîmés et ont l’air malsain.

L’alopécie, attribuée à tort comme étant uniquement une affection masculine, peut être aussi fréquente chez la femme. Mais chez la femme elle présente des degrés différents et les raisons de ce phénomène peuvent être variées. Chez les femmes, elle peut commencer plus tard, ou du moins ne pas être remarquée à temps, en raison, entre autres, de l’affinement diffuse. En outre, de nombreuses femmes utilisent leur chevelure longue, collée ou avec des coiffures qui finissent par camoufler la perte.

Ce qu’aucune femme ne conteste, c’est que, pour quelque raison que ce soit, il s’agit d’une situation catastrophique. Dans les cas plus graves, la question est inévitable : vais-je devenir chauve ?

Tout d’abord, il est très important de découvrir les facteurs de risque possibles, qui vont des facteurs génétiques, hormonaux, au type de produit utilisé sur la peau du crâne. Identifier la raison et adopter un soin  qui aura un effet nécessite une bonne dose de patience.

De la même manière que personne ne devient chauve du jour au lendemain, ce n’est pas en quelques jours que cette situation pourra s’inverser. Il est donc essentiel de ne pas se décourager. Un conseil important est de ne pas attendre trop longtemps pour commencer un soin. Après tout, plus vite vous traitez la cause, plus vite et plus efficacement les résultats seront obtenus !

Connaître les principaux facteurs de calvitie

Une fois la source du problème identifiée, il devient plus facile de déterminer l’étape suivante: le soin.

Il peut y avoir un ensemble de circonstances associées à ce phénomène, et seul un professionnel sera en mesure de les identifier. Vérifiez maintenant les principaux facteurs d’alopécie féminine :

– Facteurs génétiques

L’alopécie androgénique, ou androgénétique, est une calvitie déterminée par des schémas génétiques – c’est-à-dire qu’il s’agit d’une affection héritée du père ou de la mère, voire des deux. Ce type de maladie se manifeste généralement de manière progressive, et peut commencer peu après la puberté, lorsque la testostérone commence à être produite, et évoluer tout au long de la vie, ayant sa phase la plus critique après la ménopause, lorsque la diminution des la progestérone et des œstrogènes se produit.

– Facteurs hormonaux

La définition de la cause hormonale est similaire à la précédente, cependant, ce trouble des taux de testostérone peut ne pas être lié à des caractéristiques génétiques. La thyroïde – une glande importante qui produit des substances indispensables au fonctionnement de l’ensemble de l’organisme – peut être non régulée, et avec cela, le corps souffre de divers signes et symptômes. Parmi eux, la chute capillaire.

Une cause importante du changement hormonal, et par conséquent d’alopécie, est le syndrome des ovaires polykystiques, qui touche généralement les femmes en âge de procréer, produisant une testostérone en plus de la quantité normale. La période post-partum peut également être suivie d’une perte capillaire intense due à des changements brusques des niveaux de testostérone.

– Facteurs nutritionnels

Les carences en nutriments sont des facteurs de chute et d’affaiblissement des fils. Parmi eux, l’anémie, qui est la diminution du fer dans le sang, et le manque de vitamines et de minéraux, indispensables pour que le poil pousse et reste dans le bulbe pileux aussi longtemps que nécessaire, sont mis en évidence.

– Facteurs émotionnels

Il n’est pas nouveau que lorsque nous sommes psychologiquement affectés, nous ressentons divers changements dans notre corps. Qu’il s’agisse d’une augmentation de la transpiration et du rythme cardiaque, de variations de l’appétit ou du niveau d’énergie, notre état émotionnel est capable de causer des dégâts gigantesques. Parmi les facteurs de risque les plus courantes de la perte sévère, on trouve le trouble psychique et la dépression.

D’autres manifestations organiques, qui concernent le fonctionnement général de l’organisme, peuvent provoquer ou contribuer à ce phénomène, telles que l’utilisation de certains soins, l’interruption de l’utilisation de contraceptifs, une alimentation insuffisante – à l’origine des carences nutritionnelles déjà mentionnées – et des réactions allergiques locales ou systémiques.

– Facteurs environnementaux ou exogènes

Parmi les facteurs de risque énumérés jusqu’à présent, notez qu’ils décrivent tous des changements internes au corps.  Mais il y a des facteurs de risque non-endogènes qui provoquent ce phénomène. Une inflammation de la peau du crâne causée par des substances inadéquates, l’utilisation excessive de la chaleur (par le sèche-cheveux ou le fer plat), ou encore un trouble psychique, comme le fait d’utiliser un élastique très serré, sont des facteurs exogènes qui contribuent à l’apparition de l’alopécie féminine.

Par conséquent, les teintures et les processus chimiques pour lisser les poils, par exemple, s’ils sont effectués avec des substances nocives – ou même par des professionnels non formés et spécialisés – peuvent causer des dommages irréversibles à la peau du crâne.

Quand consulter un spécialiste?

Comme on l’a dit, les raisons de ce phénomène sont nombreuses, et pour savoir lesquelles sont à l’origine du problème, il peut être nécessaire de faire appel à un professionnel. Certains salons de beauté et centres de beauté disposent d’appareils qui font le diagnostic des cheveux, ce qui signifie qu’ils sont capables d’identifier les changements à la surface de la peau du crâne. Comme exemple, ils peuvent détecter un excès de gras, qui obstrue les pores et entrave la croissance du poil, ce qui peut entraîner un affaiblissement et une chute. Les salons peuvent également montrer les éventuelles lésions et l’aspect microscopique des cheveux.

D’après ce que l’on observe, un bon produit peut minimiser les dommages lorsque, par exemple, on identifie l’accumulation de résidus ou la production importante de pétrole par les glandes sébacées. Cependant, si l’on constate que les cheveux se détachent facilement de la tête et que la quantité de cheveux qui tombent a augmenté, il faut demander l’aide d’un spécialiste.

Seul un spécialiste peut demander des tests de laboratoire qui permettent de détecter les changements hormonaux et les carences nutritionnelles. A partir des résultats obtenus et d’un examen clinique minutieux, il est possible de définir le meilleur soin pour chaque cas.

Dans certains cas, le spécialiste peut demander une biopsie du cuir chevelu. Dans cette procédure, un petit fragment de peau est collecté et envoyé à un laboratoire qui analysera le tissu.

De nombreuses thérapies sont disponibles, chacune mieux adaptée aux différents cas, mais la prescription et le suivi médical sont indispensables.

Les principaux soins disponibles

Il existe de nombreux soins adaptés à chaque situation. Voici quelques exemples de soins disponibles. 

– Soin anti-goutte

Les entreprises cosmétiques sont chaque jour plus modernes et plus conscientes de ce phénomène. Les soins obtenus grâce aux nouvelles technologies augmentent le nombre de cellules jusqu’à 60 %, ce qui réduit considérablement le risque de perte de cheveux, et surtout, ces soins peuvent être utilisés à titre préventif. Rechercher des lignes de substances dont la formule a été prouvée par des tests en laboratoire et qui constituent une excellente arme contre l’alopécie tant redoutée.

– Adéquation des niveaux d’hormones

Comme expliqué, l’une des raisons déterminantes est le changement hormonal. C’est pourquoi l’une des lignes thérapeutiques aux résultats satisfaisants est l’utilisation orale ou topique de soins qui inhibent l’action délétère des testostérones sur les cellules, visant à inverser le processus d’amincissement et de miniaturisation capillaire.

Cette procédure peut entraîner des effets secondaires, c’est pourquoi un suivi médical attentif est essentiel.

Complément alimentaire

Comme les carences en nutriments tels que les vitamines, les protéines et les minéraux sont étroitement liées à la chute, il est important d’utiliser ces composés pour diminuer la carence de l’organisme.

Cependant, vous ne devez pas acheter seul des gélules de vitamines qui promettent de répondre à tous les besoins de l’organisme. Il existe des substances spécifiques pour traiter les cheveux, soit en diminuant leur chute, soit en les renforçant ou en augmentant leur croissance.

Stimulation électrique

Il s’agit d’une technologie innovante qui stimule la peau du crâne au moyen d’un laser de faible puissance, permettant la perfusion de soins sans avoir à injecter les substances. L’électrostimulation augmente également la circulation locale, facilitant, outre la pénétration des soins, l’apport d’oxygène et de nutriments du flux sanguin vers le site affecté. Les effets attendus sont le retard, voire l’inversion du processus de phénomène.

Quel que soit le soin, il est important de ne pas perdre de temps. Un bon résultat est directement lié à la persistance, car les effets prennent généralement du temps à se manifester et nécessitent un engagement.

Autre information pertinente : dans de nombreux cas, le soin  qui n’est pas définitif – comme tous ceux décrits jusqu’à présent – et ne doit pas être interrompu. Sinon, le processus de chute des fils reprend.

Micropigmentation des cheveux

C’est une méthode définitive, mais elle ne diminue ni n’arrête la chute. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une coloration de la peau, qui camoufle ce dégarnissement, en assombrissant la peau du crâne par l’application de pigments spécifiques, qui donnent l’illusion d’une plus grande quantité de cheveux. Le résultat est naturel et satisfaisant pour de nombreuses personnes.

Greffe de cheveux

En général, ce n’est pas la première option de soin. Lorsque certaines ou toutes les autres méthodes possibles ont déjà été pratiquées sans résultats suffisants, la greffe est effectuée, et consiste à prélever les cheveux et leurs follicules respectifs dans la nuque, appelée région donneuse, et à les transplanter dans la zone à traiter, fil par fil.

Lorsque l’intervention est réussie, les fils poussent comme avant la chute de manière saine et naturelle.

Réduction du scalp

Une option qui peut être adoptée conjointement avec la transplantation de cheveux est la réduction de la peau du crâne. Dans cette procédure, une partie de la région chauve est enlevée, et la peau qui entoure cet endroit est tirée pour couvrir l’espace, élargissant la zone couverte par les cheveux.

Prothèses capillaires

Les prothèses capillaires sont de bonnes alternatives pour les personnes qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent pas subir une réduction de la peau du crâne et une transplantation – ou qui optent simplement pour une procédure non invasive.

Les prothèses sont faites avec des fils naturels, mais de nombreux spécialistes n’indiquent pas les prothèses fixes, qui sont entrelacées ou collées aux cheveux. La prothèse qui peut être posée et retirée à tout moment ne provoque pas les dommages que peut causer la prothèse fixe.

Recherchez des aliments qui peuvent aider au soin  de la calvitie féminine

Les avantages d’une alimentation équilibrée chez les personnes de tout âge, des deux sexes, vont au-delà de la prévention de cette maladie. Il existe une infinité d’études prouvant l’action de la nourriture dans diverses maladies, dans le maintien de l’état, du bien-être et, bien sûr, de la beauté.

Il a déjà été mentionné que certains éléments, lorsqu’ils sont diminués ou absents dans le corps, peuvent déclencher ou augmenter la perte de cheveux, et que leur supplémentassions prescrite par les spécialistes peut minimiser ou inverser ce phénomène.

Alors pourquoi ne pas obtenir ces nutriments directement de leurs sources naturelles, c’est-à-dire de la nourriture ? Qu’il s’agisse de protéines, de vitamines ou de minéraux, faisons connaissance avec nos alliés dans la lutte contre cette maladie.

Aliments riches en protéines

Le poil est presque entièrement composé d’acides aminés, c’est-à-dire des “petites briques” qui composent les protéines. On peut donc dire que ce fil est essentiellement une protéine. Si le corps dispose d’un bon stock de ces molécules, les chances de produire des cheveux sains sont plus grandes.

Ainsi, une faible consommation de viande – la principale source de protéines – affecte directement la quantité et la qualité des cheveux. Suivant ce même raisonnement, pariez aussi sur les haricots, les noix, les graines et le soja.

Aliments riches en minéraux

Deux autres groupes sont extrêmement importants pour combattre et éviter l’alopécie : les minéraux et les vitamines. Parmi les principaux minéraux impliqués dans ce processus figurent le fer, le zinc, le sélénium et le magnésium.

Ils fournissent ce qui est nécessaire aux cellules du follicule pileux – qui est l’endroit où le poil pousse – pour la formation du poil et le remplissage de sa structure. En outre, ces minéraux participent également au processus de reconstruction du poil, augmentant sa résistance à la casse, ce qui rend le poil plus brillant et plus facile à coiffer.

La viande, en plus d’être riche en protéines, contient du fer, qui est nécessaire pour renforcer les cheveux car il aide au transport de l’oxygène par le sang vers les cellules.

Les noix, les amandes et les graines contiennent du magnésium, qui est essentiel au développement des cheveux. Le zinc se trouve dans les légumes, la viande, le poisson, le foie et les céréales complètes. Le sélénium peut être ingéré à partir du blé, de l’ail, des oignons, des entrailles de bœuf et du porc.

Des aliments riches en vitamines

Quant aux vitamines, l’attention devrait être doublée. Ce sont eux qui sont chargés de nourrir profondément les fils, et l’insuffisance de vitamines peut avoir un rapport direct avec la calvitie. Parmi ce groupe, ils méritent d’être mis en évidence :

Si nous avons tant de sources de nutriments dans les aliments qui sont bénéfiques pour le cuir chevelu et les cheveux, la question demeure : tout aliment peut-il nuire à l’état des cheveux ? La réponse est oui !

La caféine et l’alcool peuvent augmenter le taux d’adrénaline, ce qui entraîne la calvitie. Les aliments riches en sucre augmentent le cortisol, qui est l’hormone du trouble psychique – il faut donc les éviter. En outre, une consommation élevée de sel a été associée à l’alopécie, en rappelant que les aliments industrialisés tels que les snacks et les saucisses sont riches en ce composant.

Changez votre mode de vie

Avez-vous déjà entendu quelque chose comme “votre corps est le reflet de votre mode de vie” ? Vos cheveux transmettent clairement cette information ! Il est rare qu’une personne faible et à l’état fragile ait les cheveux de ses rêves.

Ces régimes drastiques, qui ne fournissent généralement pas à l’organisme les réserves nécessaires à son bon fonctionnement, peuvent provoquer une chute soudaine des cheveux. Imaginez que votre corps soit privé de protéines : il ne se souciera pas de mobiliser la petite réserve pour la construction des cheveux, après tout, il y a des organes vitaux qui ont beaucoup plus besoin de ces nutriments.

Les habitudes quotidiennes en matière de soins capillaires doivent également être évaluées. Les substances d’hygiène pour les cheveux et la peau du crâne doivent être adaptés aux différents types de cheveux et aux différentes situations. Investissez donc dans des substances cosmétiques et dermocosmétiques qui lavent, traitent et protègent les fils, sans attaquer la peau.

Si vous avez l’habitude de vous brosser les cheveux et d’utiliser un fer plat, diminuez la fréquence et utilisez des substances qui minimisent les dégâts. De même, évitez de vous laver les cheveux avec de l’eau très chaude. Les températures élevées détruisent la structure des cheveux et endommagent la peau du crâne.

Une fois par semaine – ou lorsque vous pensez que c’est nécessaire – faites un soin  en profondeur en effectuant des massages qui activent la circulation, nourrissent les follicules pileux et, par conséquent, stimulent la croissance et le renforcement des cheveux.

Vous souvenez-vous des changements hormonaux décrits au début de cet article ? Tout comme elles provoquent la calvitie, certaines hormones et autres substances produites lors de la pratique régulière d’une activité physique ont un pouvoir considérable pour combattre la calvitie.

Qu’il s’agisse d’une activité aérobique à fort impact ou même de yoga, un exercice régulier et agréable rendra votre corps et vos cheveux plus sains.

Utiliser des substances de qualité

Cela peut paraître idiot, mais la qualité et la quantité des substances que vous utilisez sur votre tête – que ce soit pour vous laver, vous hydrater ou vous colorer les cheveux – peuvent déclencher l’amincissement des cheveux, certaines maladies du cuir chevelu et même la chute des cheveux.

Il est toujours conseillé de se renseigner sur le fabricant, son temps de présence sur le marché, l’opinion des autres personnes qui achètent les substances et de demander conseil à un professionnel de la beauté fiable.

Le succès du soin  avec des compléments, avec un suivi médical et avec un changement d’habitudes dépend également de l’utilisation de substances non agressives, adaptées à votre type de cheveux, et en quantité nécessaire.

Découvrez les conséquences de la calvitie sur l’estime de soi des femmes

La plupart des femmes souffrant d’une perte de cheveux importante sont mal à l’aise avec leur apparence et en souffrent. Beaucoup évitent l’interaction sociale, se sentent physiquement incomplets et finissent par développer une anxiété grave, un trouble psychique et même une dépression.

Les cheveux sont liés à la féminité et à la sensualité. Par conséquent, être privé de ces attributs peut causer des dommages psychologiques, qui finissent par interférer dans toutes les sphères de la vie d’une femme.

Imaginez un tableau de dépression et d’anxiété qui se traduit par la perte d’une grande partie de vos cheveux. Cela peut entraîner une faible estime de soi et une distorsion de l’image de soi, ce qui ne fait qu’augmenter le degré de dépression et d’anxiété – un fait qui peut interférer considérablement avec le comportement psychologique et émotionnel des femmes.

Dans les cas où l’alopécie peut nuire davantage à l’état, le soin  dermatologique doit être associé à un soin  psychothérapeutique, dans le but de résoudre les deux, sans que l’un ne nuise au rétablissement de l’autre.

Comme déjà décrit, on trouve actuellement de nombreuses procédures thérapeutiques pour la calvitie féminine, prenant en considération les différents facteurs qui déclenchent cette condition.

En comprenant ce qu’est réellement l’alopécie et le fait qu’elle touche des femmes de différents groupes d’âge, il est extrêmement important de reconnaître qu’il est temps de demander une aide professionnelle pour identifier les facteurs de risque possibles et les traiter de manière adéquate.

Le résultat n’est pas instantané, mais en associant le soin  à un changement d’habitudes et à l’utilisation de substances et de ressources appropriées, le résultat sera satisfaisant et durable.