5 idées reçues sur l’acide hyaluronique

acide hyaluronique

La découverte de l’acide hyaluronique remonte aux années 1950. On la doit à deux chercheurs allemands nommés Meyer et Palmer. Ils ont démontré sa présence dans le corps humain, notamment dans le derme de la peau ainsi que ses effets sur le plan esthétique. Pourtant de nombreuses idées reçues accompagnent toujours cet acide. Voici les cinq plus répandues d’entre elles !

L’acide hyaluronique ne sert qu’à lutter contre le vieillissement de la peau

Tous les spécialistes en médecine esthétique vous le diront : l’acide hyaluronique peut lutter contre les effets du temps qui passe et notamment l’apparition des rides et ridules. Il serait malgré tout réducteur de le cantonner à cet unique rôle. En effet, le principal bienfait de cet acide se situe plus précisément au niveau de l’hydratation de l’épiderme. Grâce à sa capacité de rétention de l’eau, il régule l’hydratation des cellules durant plusieurs heures. Mieux hydratée, votre peau sera alors moins terne et moins abîmée. La molécule lutte également contre son relâchement et procède au comblement des zones les plus exposées. De quoi redonner un éclat de jeune fille (ou de jeune homme) à votre teint mis à mal par le stress ou la pollution urbaine !

Il n’existe qu’un seul type d’injection d’acide hyaluronique

Comme pour le botox, l’acide hyaluronique utilisé par le chirurgien peut prendre différentes formes en fonction du résultat recherché. Certaines ont été élaborées dans le but d’entrer en contact avec des parties dures du corps comme les os. D’autres auront un aspect plus gélatineux afin de combler tous les espaces. Il vous faut également savoir que les seringues contiennent différents dosages de ce produit. Il est aussi possible de faire varier son degré de viscosité selon les besoins. Tous ces paramètres seront définis par votre médecin après vous avoir rencontré. N’hésitez donc pas à lui poser toutes les questions que vous jugerez utiles avant l’intervention.

Vous pouvez procéder seul aux injections d’acide hyaluronique

Certains sites internet affirment haut et fort que tout à chacun peut procéder lui-même à des injections d’acide hyaluronique. Ceci est absolument faux et une telle affirmation peut même mettre votre santé en péril. Ce produit, pour donner sa pleine mesure, doit être manipulé par une personne habilitée. Son application nécessite également des connaissances pointues en anatomie et plus précisément celle du visage. Il faut aussi vérifier l’absence de contre indications potentielles et suivre le patient après traitement (risque de rougeurs cutanées ou autre). Ceci explique pourquoi seul un médecin, spécifiquement formé, est autorisé à une telle pratique.

On lit aussi souvent que les injections peuvent être réalisées sur n’importe quelle partie du corps. Il s’agit là encore d’une affirmation totalement erronée. Par exemple, il est formellement interdit par les autorités sanitaires françaises d’augmenter le volume mammaire avec cet acide. En revanche, il peut être appliqué sur les fesses dans un but esthétique.

Le produit demeure longtemps dans le corps

Tout d’abord, il semble important de rappeler que la molécule est présente de manière naturelle dans le corps. Celui-ci sait donc comment la produire mais aussi la dégrader. Il procédera pareillement pour les apports exogènes (c’est-à-dire ceux réalisés via une injection médicale). Par conséquent, le temps suffira à dégrader cette quantité supplémentaire. Depuis sa découverte au siècle dernier, la molécule est désormais bien connue des scientifiques. On sait que l’on peut en faire et ce qu’elle ne permet pas. La documentation concernant les potentiels effets indésirables est solide et consultable par tous. N’hésitez pas à vous documenter sur le sujet et à prendre quelques renseignements avant d’aller voir votre médecin traitant.

Il n’existe pas d’antidote à l’acide hyaluronique

Dans les faits, le mode d’action de l’acide hyaluronique sur le corps humain s’apparente à celui d’un poison. On retrouve un principe similaire avec la toxine botulique plus connue sous son nom commercial de botox. Et qui dit poison dit antidote ! Pour cet acide, il en existe bien un. Il se nomme la hyaluronidase. Cependant, un tel produit n’est pas autorisé partout sur le territoire français. Son utilisation demeure réservée aux seuls praticiens hospitaliers (et notamment des chirurgiens, des dermatologues ou encore des ophtalmologues). En aucun cas, ce produit ne pourra servir dans un autre cadre. Un mauvais usage de la hyaluronidase peut engendrer des complications au niveau vasculaire. Cette molécule a de plus une origine bovine. Depuis la crise de la “vache folle” et la découverte de l’encéphalopathie spongiforme bovine, une autorisation limitée a été mise en place pour ce genre de produit.